Letters to Bach – Lyrics French

Translation Claudette De Ville

The Race (La course)

Paroles: Noa (Achinoam Nini)

Musique: Invention n°1, Jean-Sébastien Bach

Traduction: Claudette De Ville

 

Voici une chanson courte de Jean-Sébastien Bach

Qui fait vibrer mon cœur très joliment

Maintenant écoutez, une mélodie va commencer … Elle enverra une flèche ou une fléchette dans un cœur innocent, tandis que Cupidon jouera son rôle,

Et alors…

L’autre mélodie va se lancer dans une course

Qui fait naître sur mon visage un sourire

Que je n’arrive pas à effacer!

Oh Mr Bach, tu me sidères,

Malgré tous mes efforts, jamais je n’arriverai

A comprendre cette course,

A saisir comment tes mélodies s’enlacent,

Comme le font les amants, avec tant de force et de sincérité

Puis elles se répètent,

Se pourchassent, se succèdent et rebondissent …

Je suis prise de vertige mais oh mon Dieu… je me sens vivre!

Comme les amoureux de la terre entière,

Tes mélodies parfois se querellent,

Mais après la pluie vient le beau temps

Et tu sais comment arranger les choses,

Ces mélodies sont toi et moi,

Nous trébuchons et nous tombons, nous sommes aveugles et nous voyons,

Nous remercions les Dieux d’être libres!

Alléluia!

Nos mélodies ont trouvé leur place,

Et nous devons faire de même et dire: Shalom

Vertigo (Vertige)

Paroles + traduction hébreu-anglais: Noa (Achinoam Nini)

Musique: Invention à deux voix n° 5 –

Jean- Sébastien Bach

Traduction français : Claudette et Benjamin

 

Chaque jour je t’aime,

Je t’aime toujours plus

Maintenant que tu me fais babiller en plusieurs langues,

Je dois emplir mes poumons pour pouvoir te le dire de toutes les manières possibles

(Hébreu):

En hébreu aussi, ça sonne bien quand je dis que dans l’univers entier il n’y a personne comme toi!

Comment es-tu apparu, soudain?

Chacun de tes sourires me rappelle que le monde est resplendissant

Je voudrais que tu sois toujours auprès de moi,

Alors chaque jour se transforme en chanson!

 

Chaque jour je t’aime, je t’aime toujours plus, effrontément …

(Hébreu)

Laisse-moi  t’expliquer, mon amour,

Que  le mal, la douleur

Et tout ce qui accable le cœur

Fondent comme neige au soleil!

Et la raison, c’est : Toi!

Toi, merveilleuse toi,

Toujours surprenante et inventive,

Qui m’émeut et me touche au fond du cœur!

 

Me voici devant toi, je t’adore infiniment, comme dans toutes les stupides chansons d’amour que j’ai entendues, mon cœur chante, comme un oiseau je chante et déploie mes ailes

(Hébreu) ​Se pourrait-il que mon univers,

Une chanson qui retentit dans la nuit!

(Hébreu) ​​Ce soit toi et moi?

Et chaque mal devient un bien!

(Hébreu) ​​Et qu’il n’y ait que toi et moi ?

Chaque jour je t’aime davantage…

(Hébreu) ​​Même quand cela me fait mal,

Rien n’est comparable à ce vertige enivrant que tu me fais ressentir!

Laisse mes bras t’envelopper et ma voix t’étreindre, cela fait des jours que tu m’entends parler sans cesse des innombrables manières dont je t’aime … et cela ne se terminera jamais !

Alors je crois que je vais cliquer sur… “Envoyer…”

All of the Angels (Tous les Anges)

Paroles: Noa (Achinoam Nini)

Musique: Cantate 140, Jean-Sébastien Bach

Traduction : Claudette De Ville

 

Si tous les anges chantaient ensemble, ils diraient certainement: nous avons besoin de toi!

Si tous les anges s’unissaient, ils t’étreindraient et te salueraient

Certains disent que rien n’a jamais changé, mais ils parleraient différemment s’ils avaient pu te rencontrer…

Maintenant la nuit tombe et je vais attendre

Que tu envoies un signe de là où le vent a pris chaque chanson, chaque sourire que ton esprit a éveillés, et les oiseaux du soleil levant chantent Alléluia, Alléluia.

Quand tous les anges se demandèrent comment tes yeux curieux les avaient trouvés,

Tous les anges comprirent que tu les avais entourés de tes bras…

Sous un vent violent, en plein orage, ils déployèrent leurs ailes et s’étonnèrent…

Ils essaieraient de rejoindre ton âme avec tendresse, mais ton esprit et la force de tes convictions les surprirent…

Quand tous les anges se demandèrent comment tes yeux curieux les avaient trouvés…

Tous les anges comprirent que tu les avais entourés de tes bras…

Ils essaieraient de rejoindre ton âme avec tendresse, mais ton esprit et la force de tes convictions les surprirent…

Et je ne pleurerai pas, car, ma chérie, tu voles

Dans un lieu de lumière, un lieu de liberté,

Tu as échappé à la nuit sombre et âpre, tu es partie en croyant au lever du soleil, et les oiseaux chantent Alléluia … Alléluia …

Car qu’est-ce qu’une vie, sinon un ciel changeant, le cri le plus solitaire, une histoire

Car qu’est-ce qu’une vie, si ce n’est l’amour fait en douceur ou dans un éclat de gloire

Le bonheur de la création, la réalisation

Que, merveilleuse comme tu as pu l’être, sur le chemin de la liberté, tu trouves l’exaltation,

Les bras grands ouverts comme les branches d’un arbre, pour commencer le voyage vers ta destination

Maintenant la nuit tombe et je vais attendre

Que tu envoies un signe de là où le vent a pris chaque chanson, chaque sourire que ton esprit a éveillés, et les oiseaux du soleil levant chantent Alléluia, Alléluia.

Et je ne pleurerai pas…

Car, merveilleuse comme tu as pu l’être, tu attends d’être libre et tu essayes …

De rallier les anges autour de ton âme et de les envoyer à ceux qui sont restés inaccomplis…

Ma chérie, je refoule une larme, et bien que j’aie dit que je ne pleurerais pas, celle-ci n’obéit pas.

Il est difficile de se libérer de la mémoire de ton amour,

La solitude, le noir, l’envie de murmurer …

Comme j’aimerais que tu nous reviennes, ma sœur bien-aimée,

Je chanterai, Alléluia,

 

Mais tous les anges te connaissent maintenant, avec ton entêtement si séduisant

Et la peur se fond dans une mare à tes pieds, car ton esprit et tes yeux sourient toujours …

Éternelle donatrice,

Tu coules comme une rivière,

Dans un lieu de lumière, un lieu de liberté, tu as échappé à la nuit sombre et amère, tu es partie en croyant au lever du soleil, et les oiseaux chantent Alléluia…

Alléluia!

Oh Mama Dear (Enea’s song)

Oh Maman chérie (la chanson d’Enéa)

Paroles: Noa (Achinoam Nini)

Musique: Invention à deux voix n° 13 – Jean-Sébastien Bach

Traduction : Claudette De Ville

 

Oh maman chérie, ne t’attends pas à ce que j’obéisse,

Je suis en pleine «story»!

Mon corps fait des choses que je n’arrive pas à comprendre,

Ma tête retentit comme une grosse fanfare,

Quant à ma bouche, et bien en comparaison,

Comme nous pouvons toutes deux le voir,

Bolt est une vraie tortue !….

 

Oh maman chérie, ne me demande pas de me calmer, c’est impossible!

Si j’essaie de te répondre poliment,  je râle!

Crois-moi, c’est une chose que je ne peux absolument pas contrôler!

Et de plus nous jouons toutes deux notre rôle,

Tu essayes de me préserver de moi-même,

C’est pour mon bien,

Et alors nous nous mettons toutes deux à crier

Aussi fort que des sirènes en route vers un incendie …!

 

Oh maman chérie, il y a tant de choses que tu ne peux voir,

Je suis enfermée dans une boucle et m’identifie à tout,

On m’apprend à penser que je peux déchirer le monde,

Et que chaque selfie est une stupéfiante œuvre d’art!

 

Oh maman chérie, il est clair que nous sommes perdues dans

Un monde qui nous dit que tout est à vendre,

Que le réchauffement climatique est au mieux une plaisanterie, au pire un flagrant mensonge

Et les Iles de Plastique flottant dans la mer sont loin, alors pourquoi,

Pourquoi s’inquiéter?

 

Oh maman chérie, regarde-moi,

Je suis plus intelligente que tu ne le seras jamais!

J’ai un cœur en or, je suis courageuse et audacieuse, je sauverai le monde comme la fille à sa maman,

Allons maman…

Serrons-nous simplement très fort maintenant

Et disons-nous bonne nuit…

 

(Bonne nuit, maman…)

“No, Baby” (Badinerie)  (Non bébé)

Paroles d’Achinoam Nini (Noa)

Musique: Jean-Sébastien Bach

Traduction: Claudette De Ville

 

Non bébé, non bébé, non bébé, non!

Ne dis jamais que tu vas partir et me quitter!

Non bébé, non bébé, ne t’en vas jamais!

Quand je suis avec toi, je suis folle de joie

Tout le reste est insipide

Chacun de tes mots et chaque moment de la journée,

 

Le Scooby Doo, le Shooby Dooba,  

Me font briller comme un tuba,  

M’emmènent chaque jour jusqu’ à Aruba…!

 

Alors bébé, alors bébé, alors bébé, alors…

Ça te dit de faire avec moi un petit tour en ville?

Allez bébé, on y va, bébé, on y va!

On prend un verre et en route pour le shopping

Puis on va danser jusqu’à épuisement, Tourbillonner et se déhancher,

Je peux toujours te faire rigoler,

Lorsque nous dansons tous les deux,

C’est l’univers entier qui swingue

Et le rythme apaise tous nos soucis!

 

Hé bébé, hé bébé, tu sais que c’est vrai,

Toi et moi, on doit rester ensemble

Reste bébé, reste bébé, fais ce que tu veux,

Les gens disent que tu es fou,

Déconnecté, confus peut-être,

Mais ils n’ont aucune idée

Du pouvoir de ta démarche,

Et le bouillonnement de ta potion me coupe le souffle!

 

 

Ne passe pas cette porte, j’ te dis !

La vie est une chanson et nous jouons

Ding Dibidibong, Dibidibidong,

Tu peux la changer, mais ce n’est jamais vraiment faux,

Courte et douce, avec un rythme, avec un bong,

Que tu fasses vite ou non, dis-moi que tu restes

 

 

Hé bébé, hé bébé, tu sais que c’est vrai…

 

Tu es tout ce que mes yeux voient

Maintenant que nous  badinons……

Ding Dibidibong, Dibidibidong,

Bach souriait en écrivant cette petite chanson,

Alors je vais sourire et je dirai encore, chaque jour,

Resteras-tu? Oh, bébé, tu restes…?

Look at Me (Regarde-moi)

Paroles: Noa

Musique: Largo du concert n° 5 en fa mineur pour piano de Jean-Sébastien Bach

Traduction : Claudette De Ville

 

Regarde-moi, de l’autre côté de la frontière

Au-delà du mur,

Regarde-moi, comme tu t’observerais dans le miroir brisé de la vie.

Non, je refuse de m’incliner

Devant ceux qui disent que

Le monde est en train de changer,

Et que comme il change, il n’est pas possible

De voir l’autre comme un enfant perdu dans la nuit la plus solitaire,

Devant ceux qui nous condamneraient à la peur et au combat.

Voici une femme en train d’accoucher,

Son enfant va bientôt naître mais qui sait s’il trouvera grâce aux yeux

De ceux qui gouvernent et saccagent,

Qui dominent la terre et les cieux,

Avec des mots de haine, ils ferment les portes de l’espoir….

Viens, nous ne pouvons les laisser nous aveugler,

Car chaque femme dans le monde sait ce que c’est d’être paralysé et contraint!

En perpétuelle recherche, expectative et attente,

Nous nous demandons quand?

Nous nous demandons encore et encore, quand trouverons-nous enfin la liberté…?

 

Regarde,

Il y a une fissure et elle s’élargit,

Il y a une lumière et elle brille,

À travers le chagrin,

Au delà des larmes, au-delà de demain

Nous devons pouvoir faire quelque chose de plus !

Je peux te voir, ta beauté transparaît, au-delà de ta faiblesse et de ta douleur, elle rayonne…

Le matin est proche

Maintenant, comme les étoiles disparaissent,

Nous allons briser ce mur,

Nous allons le regarder tomber,

Ensemble, ma sœur, nous en sommes capables!

Viens, donne-moi ta main…

Mars- Invention Number 6

Paroles – Achinoam Nini (Noa)

Musique: Jean-Sébastien Bach

Traduction: Claudette De Ville

 

Que dois-je faire pour sauver le monde?

Oh, quel enfer ce trafic, vous importuner m’arrangerait, et de plus vous allez adorer…!

La lumière du soleil est là, source d’énergie

gratuite pour tous, et il nous faut apprendre à l’apprivoiser!  

Lorsque le soleil brille, utilisons ces rayons pour tirer le meilleur de ce que nous avons!

Qu’en dites-vous? Je dis pourquoi pas, gens de bien !

Maintenant que voici réglée la question de la lumière solaire, nous sommes libres de résoudre tous les problèmes de l’atmosphère,

Là-haut, le smog et la pollution étouffent notre couche d’ozone!

Mais pourquoi céder au vieillissement, mon ami?

Résiste à PayPal, à l’ère de l’audace,

Essaie quelque chose qui, tu le sais, est mieux pour tout le monde… quelque chose de beau, de silencieux, de séduisant, d’intelligent, de chic, au top! Pas de carburant, pas de gaspillage, le TES et le LA combinés 🙂

Maintenant écoutez le plus important de l’histoire…

Combien de temps encore pourrons-nous tous tenir, entassés sur un petit carré de terre,

Femmes et hommes, entourés du bruit,

Des montagnes de déchets et des guerres,

Des riches qui se détournent en claquant les portes,

Et des autres qui se fâchent et s’appauvrissent,

Mais non, cela ne pourra durer très longtemps,

Je m’inquiète et ne me trompe pas souvent, Hâtons-nous, dressons un plan!

Je suis sûre que nous le pouvons, pour l’avenir de l’homme, nous savons que le temps joue contre nous, alors je propose que nous nous y mettions!

L’obscurité tombe, levez  les yeux dans la nuit!

Que c’est beau à voir !

Cette lune de millions de chansons d’amour,

Que nous essayons d’atteindre depuis si longtemps… il y a une infinité d’étoiles!

J’ai un faible pour Mars 🙂

Amenons nos rêves et nos voitures aussi loin que possible! Je ne crois pas au NON….

Si votre rêve est aussi grand que votre cœur et que vous êtes courageux et prêts, joignez-vous à moi!

Little Lovin’ (Un peu d’Amour)

Paroles: Noa (Achinoam Nini)

Musique: Invention à deux voix numéro 4, Jean-Sébastien Bach

Traduction: Claudette De Ville

 

Un peu d’amour, juste un peu d’amour,

C’est tout ce dont j’ai besoin,

Vraiment,

Un peu d’amour, juste un peu d’amour,

Et je commencerai à croire au seigneur là-haut,

Et à toutes ces histoires sur cet homme, l’arc, la colombe,

Moïse apportant ces tablettes des dix Commandements, 

L’amour pour toutes les femmes, pour tous les hommes,

Je n’ai pas besoin de toute l’humanité, tout ce dont j’ai besoin c’est toi!

Toi, toi, toi!

Grâce à toi, je sens que le monde n’est pas une cause perdue,

Lorsqu’à travers mes larmes j’aperçois ton visage qui sourit,

Un peu d’amour, juste de l’amour et de la passion,

Et je verrai le monde avec optimisme,

Bien qu’il semble bien que nous soyons perdants,

Je ne peux adhérer aux choix de ce monde,

Si je le pouvais, je raviverais une manière simple d’aimer,

Moins de pression et de resquillage dans les files,

Ooooh! Les anges chantent!

Un peu d’amour, faites-le entrer,

Un peu d’amour, juste un peu d’amour,

C’est tellement simple…!

Un peu d’amour, juste un peu d’amour, chaque nuit, chaque jour,

Et la colère s’efface,

Allons, baissons les armes,

Oublions la peur et l’indignation,

Et laissons entrer  le soleil.

A Pair (Un Duo)

Paroles: Noa (Achinoam Nini)

Musique: Sicilienne, Jean-Sébastien Bach

Traduction: Claudette De Ville

 

Ne sommes-nous pas un sacré duo?

Ne sommes-nous pas parfaitement accordés ?

Je tourne, je tourne

Tu suis, et parfois tu ne sais plus où je vais

Mais ton amour reste intact

 

Laisse-moi te chanter une berceuse

Laisse-moi te dire combien j’apprécie ton amour et ta bienveillance

Tu portes tous les sourires que je t’ai donnés

Des vagues de toi

Continuent à battre mon rivage

Vois comme elles me charment et m’attirent

Dans le dédale où nous avons choisi de vivre

Je serai à tes côtés,

Te suivrai et te guiderai

Te dirai doucement combien je t’aime …

 

Ne sommes-nous pas un sacré duo?

Ne sommes-nous pas fous de toujours tourner l’un autour de l’autre?

Bien que t’aimer semble impossible,

Jamais je ne pourrais en aimer un autre

Construire une maison, avoir une petite famille

Jour après jour, c’est la fleur de vie… alors

Viens doucement

Viens intensément

Mon seul, unique et véritable amour

Invention numéro un

Texte hébreu original et traduction anglaise littérale: Noa (Achinoam Nini)

Traduction française : Claudette et Benjamin

Voici une invention de Jean-Sébastien Bach,
C’est la première qu’il a écrite, et pour ne pas l’oublier,
Il l’a notée, puis il est parti et a failli la jeter à la poubelle
Comme une chose anodine, et l’encre n’était même pas sèche!
Mais heureusement, ce petit morceau
Court, simple, fugace, ingénieux et tellement joli  a été sauvé!
Félicitations, Sébastien Bach!
Cette création est tellement belle!
Voici une phrase douce et mélodique
Telle une conversation avec un ange,
Alléluia, Alléluia, j’ai été rachetée !
Je n’avais pas réalisé l’effet qu’avait sur moi cette invention, elle me fait tourner la tête,
J’en ai le souffle coupé !

(La tonalité  est un peu haute pour moi
mais je vais la chanter avec joie)
Ici, le rythme s’accélère un peu,
Et bientôt le ton va monter
C’est un crescendo terrible,
Oh mon dieu, le voilà !
Aaaaaahhhhhhhh !!!!!!
(Bien, cette invention est enfin terminée,
Merci à tous J

AVE MARIA

Paroles: Noa (Achinoam Nini)

Musique: Jean-Sébastien Bach / Charles Gounod

Traduction : Claudette De Ville

 

Ave Maria,

Où te cachais-tu ?

Ne sais-tu pas que nous avons besoin de toi?

Les choses vont plutôt mal ici-bas

Je sais qu’il y a de la beauté, de la douceur et du rire,

Ce sont des valeurs que tu as toujours défendues,

Aide-nous à les trouver nous aussi

Hé, Maria,

Santa Maria, Maria,

Puis-je prendre la liberté

De dire que je trouve honteux

De ne pas vivre en harmonie

Nous espérons simplement tous que quelqu’un s’avance et chante

Amen, Amen …

Allons, joignons-nous à lui

Et chantons…

Ave Maria,

Où te cachais-tu ?

Ne sais-tu pas que nous avons besoin de toi?

Les choses vont plutôt mal ici-bas …

Je sais que tu entends les combats,

Regarde le flambeau que nous allumons,

En quête de paix et de liberté

Aide-nous à y parvenir …

Hé, Maria,

Santa Maria, Maria,

Puis-je prendre la liberté,

De dire que je trouve honteux,

De ne pas vivre en harmonie,

Nous espérons tous que quelqu’un s’avance et chante

Amen, Amen,

Allons, joignons-nous à lui

Et chantons

Amen.

Share